Le Collectif bim crée des performances corporelles in situ : nous travaillons dans et pour un lieu spécifique. Il est notre matière première. La rue, une place, une école, un hôpital, une médiathèque, un musée, sont autant d’endroits dans lesquels nous nous glissons pour proposer un regard poétique, culotté, et souvent drôle sur le lieu. Notre volonté d’investir des espaces publics et les différents niveaux de lecture de nos performances (formels, poétiques, politiques) répondent à notre souhait de proposer une forme accessible à tou.te.s.

Les performances bim questionnent les normes implicites des espaces habités et transforment les rapports aux lieux. Nous explorons une approche sensible et collective, qui valorise le déjà-là et ouvre l’imaginaire. Les lieux quotidiens deviennent nos espaces de jeux : nous composons des images surprenantes et inventons de nouveaux usages, autant d’expérimentations “hors-normes” mais loin du monumental. Nous cherchons à faire un pas de côté, à (se) réinventer (dans) les espaces quotidiens et partagés. La perception en est modifiée. En activant des possibles, nous invitons à l’audace et à la liberté dans l’espace public.

Notre recherche artistique engage un aller-retour permanent entre observation et interprétation. Le travail sur place commence par l’écoute du lieu. On découvre, on se fond, on dialogue, on contemple, on cherche la petite bête. Puis on s’élance, on occupe, on s’entasse, on s’accroche. Nous jouons avec et dans le lieu, avec pour seuls instruments nos corps dans l’espace. L’écriture se compose sur site, au fur et à mesure des improvisations collectives.

On aboutit à des performances au croisement du théâtre et de la danse, qui ne laissent généralement aucune trace matérielle dans le lieu. Geste du présent, elles tentent d’intégrer les événements fortuits dans la création, et se construisent avec et pour “l’ici et maintenant”. 

Au fil des performances, la transmission et le partage ont pris une part grandissante. Nous menons régulièrement des travaux en association directe avec des habitant.e.s. Ces projets peuvent prendre plusieurs formes : ateliers pratiques de bim ou création d’une performance publique jouée tou.te.s ensemble. À travers différents outils artistiques, nous encourageons les expérimentations et le déploiement de l’imaginaire. Ce travail permet de se réapproprier collectivement l’environnement, de questionner par nos corps et nos expériences différentes la violence des normes imposées, et de célébrer ensemble un rapport joyeux, puissant et créatif à l'espace.

© photo : David Daurier