LE MOULIN DE PORTONVILLE

Bagneaux sur Loing / 7 bimeurs

Septembre 2015

 

Partant d’une brunch party au Moulin de Portonville, nous avons endossé nos habits de fête pour mener un tour du propriétaire à la fraîche. De l’atmosphère festive de la cour où trinquaient les invités, nous avons guidé ces derniers tout autour d’une île peuplée de bambous et de bananiers, musée d’enfance et de contes étranges.

Comment révéler le voyage dans le temps inhérent à ces lieux? Comment faire sonner la musicalité d’une île apparemment inhabitée, et dont seuls les petits chemins et quelques vestiges suggèrent qu’un humain est passé par là?

Quelques dormeurs pointant l’itinéraire du doigt le long des sentiers, une femme dodelinant sur le chemin, un seau sur la tête, des oiseaux-gendarmes gazouillant dans les virages, un crooner chantant “promenons-nous dans les bois…”, un écho au loin… Autant de relais qui ont fait de cette performance une déambulation à travers une multitude de stations de bougies d’anniversaires humaines chantant à tue-tête dans un pot de crayons géant, d’un concert de jazz-bambou, d’un kiosque en bois transformé en pagode-galère… Jusqu’au tableau final sur le barrage lointain et notre avancée lente et collective dans l’eau de la rivière. Une ébauche de poésie et d’humour dans un lieu qui inspire unanimement un bien-être primitif.

 

1/27

©Naïla Nkhili