VILLIERS-LE- BEL, résidence LUCIE AUBRAC

Villiers-le- Bel, résidence Lucie Aubrac / 4 bimeurs / 12 enfants du quartier de la Cerisaie

Avril 2018

 

Cette fois-ci, le collectif bim et un groupe de 12 enfants s’emparent de la résidence Lucie Aubrac dans le quartier de la Cerisaie. Certains y habitent, d’autres n’y ont jamais mis les pieds, mais on est bien décidés à s’y sentir chez nous, au moins pendant une semaine. Ensemble, nous avons mis au point un projet un peu fou : transformer la résidence Lucie Aubrac sous les yeux de ses habitants lors d’une visite guidée d’un genre nouveau.

 

Daouda, gardien du jour, nous ouvre les portes de sa résidence accompagné de sa collègue Eloïse. À peine la porte passée, ils nous mettent en garde : un géant dort dans le parking et tous les boutons sont truffés de pièges. Soyez sans crainte, si vous ne touchez à rien, il ne vous arrivera rien. On passe le tunnel et on arrive au jardin. Ici, on cultive le mystère pour de vrai. Il suffit d’arroser pour que ça pousse illico, on sème le minimoys dans les jonquilles, on titille les géants plantés six pieds sous terre, on chasse le lézard sur la rocaille. Si par malheur, vous croisez le monstre, prenez vos jambes à votre cou ! Heureusement, Hamza et Julien nous guident à temps vers la sortie la plus proche. Prenez l’escalier, l’ascenseur est occupé !
Le saviez vous, ici les fleurs viennent d’une autre planète et si vous leur demandez, elles se mettent à chanter, mais jamais sans leur jazz band. En avant la musique !
On accélère un peu le pas, tout le monde aux balançoires, devant la crèche !
Ici, il suffisait de demander. Ni une ni deux, on vous transforme le tout en piscine ! non, même mieux : et hop une plage, et hop le ferry, et hop les mouettes, et hop le SPLASHH !!!
Toujours sauvé au bon moment, c’est Eshalin et Joseph qui prennent la relève.


Pour clore en beauté, on vous présente le meilleur du chantier à venir. Ici, une fontaine gigantesque et ses jeux d’eau gratte-ciels, ici les appartements des stars, ici un piano, et ici une jungle équatoriale. La visite est déjà finie, mais bim revient toujours !

1/22

Pauline Bayard©

VILLIERS-LE- BEL, LA GRANDE EXPO 

Villiers-le- Bel, résidence Lucie Aubrac / 4 bimeurs / 12 enfants du quartier de la Cerisaie

Mai 2018

 

Et nous voilà à la dernière étape de notre projet à Villiers-Le-Bel.

Cette fois-ci nous retravaillons avec la classe de primaire de la Cerisaie et surtout nous installons notre exposition in situ de grands formats pris par Pauline Bayard pendant les ateliers de septembre et octobre. Tout se passe le vendredi 4 mai.

Le matin les encolleurs arrivent et nous installons les photos. Quel choc dans le quartier !

Est-ce un dessin ? Peut-on toucher ? Comment c'est fait ? Et mais c'est Marouane ?! Et là Joséphine ! Trop de chance !

Les enfants et les adultes se pressent devant les photos pour les admirer, en discuter, en rire.

Nous avons hâte de commencer la performance, nous sentons le quartier en effervescence et les enfants impatients de commencer. C'est à 17h qu'Eloïse ouvre le bal avec les enfants, mais que se passe-t-il ? Il manque des bimeurs ! Où sont les bimeurs ? Tous se mettent à les appeler.

Noé apparaît perché sur un échafaudage, Naïla sur le haut de l'araignée, Julien à une fenêtre de l'école et Joseph de la fenêtre d'un appartement du 7ème étage d'une habitante avec qui nous avons lié amitié pendant notre travail à la Cerisaie.

Une fois la bande réunie, un jeu de balle imaginaire commence qui se transforme en une grande piscine où chaque élément du mobilier urbain à une nouvelle fonction. Puis Claire lance un cri : « La Tour Le Bel !!!!! » et tous les touristes viennent s'agglutiner et prendre des photos de cette fameuse tour qui fait la réputation de La France. Puis tous les enfants se mettent à essayer de soulever tout ce qui est fixé au sol pour finalement tenter d'ouvrir une grande barrière dans une image collective et graphique

Et c'est déjà l'heure de se quitter...

Après ce travail sur une année, les enfants, les habitants et les bimeurs ressentent un pincement au cœur de devoir se séparer, après quelques mots, rires et larmes, chacun rentre chez soi mais emprunt de cette rencontre et avec le sourire de savoir qu'un lieu peut toujours en cacher bien d'autres.

1/15

Pauline Bayard©